26 janvier 2017

TIKKOUN, un film d'Avishai Sivan.

Tikkoun, drame d'Avishai Sivan, Israël, 2015. en NB, 2 heures. L'ambiance est donnée d'emblée. Un bovin entre dans un couloir au bout duquel il est abattu selon les méthodes rituelles juives. La bête est ensuite vidée de son sang, accrochée à des tinets et hissée pour terminer le travail de préparation de la carcasse. On est à Jérusalem, dans le milieu orthodoxe juif. Haïm-Aaron, le fils du boucher, part très tôt le matin, avant la levée du jour, étudier dans une yeshiva. Ses aptitudes et sa dévotion font l'admiration... [Lire la suite]
Posté par philou89 à 17:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2016

Juste la fin du monde.

Juste la fin du monde. Drame de Xavier Dolan, Canada, 2016, 1h37. Avec Gaspard Ulliel, Nathalie Baye, Marion Cotillard, Léa Seydoux, Vincent Cassel. A part Gaspard Ulliel, tous les acteurs ont des rôles extravagants de personnages détestables, stupides ou/et violents à leur manière, horribles beaufs aux idées reçues et qui représentent une réalité proche de marginaux qu'on a du mal à imaginer. Mais on est là au Canada où comme aux E.U. tout est possible. Si bien que Vincent Cassel qui a le plus mauvais rôle et Nathalie Baye qui joue... [Lire la suite]
Posté par philou89 à 10:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2016

La fille inconnue

La fille inconnue drame des frères Dardenne, Belgique, 2016, 1h45. avec Adèle Haenel. Une femme médecin, Jenny Davin, remplaçante dans un cabinet médical avec le stagiaire en médecine qui écoute les remarques pertinentes qu'elle lui fait, comme le fait de bien écouter avec son stétoscope un patient. Des remarques sur la précision. Et puis une femme crie que son enfant est tombé. Ils se précipitent et le stagiaire est tétanisé à la vue de l'enfant à terre qui bave et semble en crise d'épilepsie. Il ne peut réagir aux demandes... [Lire la suite]
Posté par philou89 à 10:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juin 2016

Bella e perduta, film de Pietro Marcello.

Bella e perduta, drame de Pietro Marcello. Italie, 2015, 1h27. Dès le départ, le film tourne autour de la relation de l'homme à l'animal et commence par des bruits d'abattoir. On avance avec la caméra dans le couloir carrelé qui amène l'animal sur son lieu fatal, passe devant un jeune buffle qui attend son tour. La bête s'arrête et repart. Apparaît un homme masqué qui avance à travers un bureau de gens masqués travaillant en pool (open space) sur des livres de comptes, impersonnels, anonymes. On arrive à la campagne, l'herbe est très... [Lire la suite]
Posté par philou89 à 17:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juin 2016

LE LENDEMAIN, de Magnus Von Horn.

LE LENDEMAIN, drame de Magnus Von Horn, suédois, 2015, 1H. Un jeune homme fait sa valise, une femme lui dit "ça ira" pour lui dire au revoir. Le jeune passe un sas et on comprend qu'il sort d'un lieu d'incarcération. Un homme l'attend, son père. Ils rentrent à la ferme. Des regards suspicieux l'accueillent, mais il essaie de ne pas en tenir compte. Son petit frère lui avoue le bonheur qu'il a de le retrouver. Le retour est pourtant difficile, les repas ne se passent pas sereinement même si aucune parole n'est échangée, la tension... [Lire la suite]
Posté par philou89 à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juin 2016

Illégitime, drame roumain d'AdrianSitaru.

Illégitime, drame du Roumain Adrian Sitaru, 2016, 1h29.   Un repas de famille comme on les imagine où l'on parle de tout et de rien et puis arrive la question fatidique, celle qui fait basculer le film vers le drame : un père obstétricien sous Causcescu dénonçait les femmes qui voulaient avorter en les forçant à avoir leur enfant. Je me souviens qu'on évoquait souvent à cette époque-là les orphelinats plein de gosses à adopter ! L'horreur de ces institutions pour les enfants qui y étaient enfermés, sans soins, sans nourriture... [Lire la suite]
Posté par philou89 à 11:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2016

Ils sont partout de Yvan Attal. Génial et juste.

Ils sont partout, comédie d'Yvan Attal, france, 2016, 1h51. Avec Yvan Attal, Benoît Poolvoorde, Dany Boon, Charlotte Gainsbourg, François Damiens, Gilles Lelouche etc. un film où j'ai beaucoup ri tellement les clichés sur les Juifs sont incroyablement bien vus. Lui d'abord, Yvan Attal chez le psy à qui il explique qu'on l'accuse de débordements et d'obsession juive. Il explique pourquoi il se sent juif. Très fine analyse. C'est un peu un numéro à la Woody Allen. Tous les scénari qui suivent sont extraordinaires de justesse et très... [Lire la suite]
Posté par philou89 à 10:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2016

Ma Loute.

Ma Loute, comédie de Bruno Dumont, français, 2016, 2h02. Avec Fabrice Luchini, Juliette Binoche, Valeria Bruni Tedeschi, Didier Desprès, Jean-Luc Vincent et Brandon Lavieville. Désopilant, poétique, inattendu et ultra drôle, bourré d'imagination. Voilà l'état d'esprit avec lequel on sort de la séance. Mais il est vrai que nous n'avons pas l'habitude de voir ces comédiens célèbres se donner en spectacle de cette façon. Ce sont des rôles de composition plus ou moins heureux. La fresque des personnages est, comme toujours chez Bruno... [Lire la suite]
Posté par philou89 à 16:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2016

L'ange blessé.

L'ange blessé, drame franco-kazakh d'Emir Baigazin, 2016, 1h53. Au Kazakhstan, dans une région caillouteuse et déserte, friches industrielles, pauvreté des habitants qui demeurent dans des maisons en torchis. La désespérance de vies oubliées du monde industriel, des friches qui recèlent une pauvreté alarmante, l'électricité coupée par économie de l'Etat. Les gens qui y vivent sont des laissés pour compte de la société, des très pauvres, impuissants devant la violence des temps. La vie de quatre adolescents qui espèrent une vie... [Lire la suite]
Posté par philou89 à 15:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2016

This is my land, un film troublant. L'éducation en Israël.

This is my land, documentaire franco-israélien de Tamara Erde, 2014, 1h34. La façon d'enseigner l'hsitoire en classe du côté hébreu et du côté palestinien. C'est le rejet de l'autre d'abord, doublée d'une mythification de l'histoire. Les professeurs sont très incitateurs par des questions qui servent les réponses attendues. C'est parfois très subtil, mais chacun reste sur ses positions et la cinéaste n'a pas eu d'enseignant contestataire du système. Elle n'a pu filmer que ceux qui étaient d'accord de l'être et le film n'a concerné... [Lire la suite]
Posté par philou89 à 15:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]