Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
cinéma d'auteur
7 avril 2023

Eternal Daughter

Eternal Daughter de Joanna Hogg. Avec Tilda Swinton et le chien Louis. E.U., R.U., 2022, 1h36. Vu au MK2 St-Michel à Paris.

D'emblée, l'atmosphère de la campagne anglaise donne le ton à ce film  où règne un certain mystère. La bruine et ensuite le brouillard qui flotte entre les arbres ajoutent à l'intrigue la couleur de l'étonnement, épaisse et pourtant diluée. Julie (Tilda Swinton) arrive en taxi à une auberge avec sa mère (jouée par Tilda Swinton vieillie) pour y passer quelques temps. Julie est scénariste et réalisatrice. Elle va essayer de capter l'essence de la vie de sa mère qui dort avec son chien. On s'interroge pendant au moins la première partie du film sur les deux personnages joués par Tilda Swinton. On se demande si la mère est vraiment sa mère ou si c'est elle vieillie pour le besoin. Cette intrigue joue sur cette confusion. Et aussi sur le lieu qui est sombre, à l'accueil peu chaleureux, où l'hôtesse est distante et qui a l'air de s'en foutre réellement. Cette auberge semble vide et pourtant, l'hôtesse lui fait douter sur la chambre à louer comme si toutes les chambres étaient occupées. Dans la chambre, Julie organise le confort : elle sort les photos, les effets de toilette, range les habits, installe sa mère. On passe d'une vue sur Julie à une vue sur sa mère, jamais ensemble et ce qui ajoute au mystère du film où on comprend que Julie et sa mère sont jouées par une seule personne. L'inspiration ne vient pas automatiquement. Julie est attentive au moindre bruit, à l'hôtesse désagréable qui sort rencontrer son ami, fait du bruit, etc. En face de cela, elle reste distante, imperturbable, très guindée. Louis, le chien très câlin, sympatique, essaie de s'enfuir dès qu'il peut et Julie passe sont emps à lui courir après, mais pas seulement. La mort de la mère met un terme au séjour après lui avoir indiqué que ce lieu lui rappelait des séjours nombreux dans sa jeunesse. Puis intervient un homme âgé qui la console. 

Film lent dans lequel il faut se laisser mener, si toutefois on ne recherche pas une intrigue stimulante.

Publicité
Publicité
Commentaires
cinéma d'auteur
Publicité
Archives
Visiteurs
Depuis la création 8 901
Pages
Publicité