Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
cinéma d'auteur
10 octobre 2019

Une grande fille

Une grande fille, drame russe, de Kantemir Balagov, 2019, 2h. Vu au Reflet Médicis à Paris.

Une histoire de l'après guerre, juste après les derniers combats en Russie, en 1945, à Léningrad. Deux femmes dont l'une mesure au moins 2 mètres, s'occupent des blessés et essaient de se guérir elles-mêmes de cette guerre où elles ont été envoyées sur le front pour aider les soldats à toutes sortes de choses, entre autres, en tant qu'accopagnatrices de leurs désirs. Dans cet hôpital, un des blessés qui ne ressent plus rien, son corps est mort sauf sa tête, demande à mourir car se considère comme bon à rien. Sa femme et lui demande la mort. Le médecin refuse de faire la piqûre et c'est la grande fille qui la fera. Quand elles étaient au front, elles faisaient office d'infirmères, de filles de salle, de filles à soldats. Naissaient des enfants qui mouraient et cette perte les traumatisaient. Si bien que de fausses couches en décès, elles ne sont plus très nettes. Elles vivent dans des appartements communautaires, font leur toilette dans des salles communes : des moments étonnants et dramatiques. Elles se font draguer par deux types qu'elles suivent et qui reviennent battus comme plâtre en en riant. L'un d'eux reviendra voir la plus petite et lui demander d'être sa femme. Il l'emmène voir ses parents qui vivent dans une demeure très confortable en dehors de la ville et qui reçoivent la fille avec une certaine distance surtout quand la mère demande ce qu'elle faisait au front et  connaissant leur fils qui change de femme comme de chemise. Ils la mettent en garde et le mec n'arrive pas à la convaincre de rester. Finalement, la fille, dépitée, repart à Léningrad. Elle demande au médecin de l'hôpital de faire un enfant à la grande fille, mais ça ne marche pas, elle n'arrive pas à être enceinte. Finalement, elles se retrouvent toutes les deux à devoir survivre coûte que coûte. 

Un film pour le moins étrange, difficile, lent et révélateur d'une ambiance qu'on n'imaginait pas. Rien que pour cela, ce film est une perle rare. 

Publicité
Publicité
Commentaires
cinéma d'auteur
Publicité
Archives
Visiteurs
Depuis la création 8 901
Pages
Publicité