L'insulte, drame libanais, de Ziad Doueiri, 2017, 1h52.

Un chrétien libanais, sur sa terrasse, arrose ses fleurs sans tenir compte des gens qui passent dessous. L'évacuation de l'eau se fait pas un tuyau directement sur la rue et arrose inévitablement un passant qui se trouve être un Palestinien. Celui-ci va trouver le Libanais pour qu'il s'excuse de l'avoir arroser. Mais celui-ci ne veut rien savoir. Le Palestinien décide de lui rendre service sans lui demander son avis et avec l'aide des ouvriers avec qui il dirige un chantier de construction voisin, il relie le tuyau d'évacuation des eaux à une évacuation normale. Quand le Libanais s'en rend compte, il détruit le tout et commence alors une bagarre entre les deux hommes qui tient du vaudeville dirait-on ici. Mais là-bas rien ne se passe sans avoir affaire à la fierté de ces hommes qui chacun de leur côté refuse de s'excuser, l'un d'avoir arroser  et l'autre d'avoir résolu le problème sans son consentement. Le tout fait un film haut en couleur qui est assez extraordinaire. Il aura fallu un accident de voiture pour que le Palestinien aide le Libanais et que s'arrête l'histoire par une poignée de main.