Juste la fin du monde.

Drame de Xavier Dolan, Canada, 2016, 1h37. Avec Gaspard Ulliel, Nathalie Baye, Marion Cotillard, Léa Seydoux, Vincent Cassel.

A part Gaspard Ulliel, tous les acteurs ont des rôles extravagants de personnages détestables, stupides ou/et violents à leur manière, horribles beaufs aux idées reçues et qui représentent une réalité proche de marginaux qu'on a du mal à imaginer. Mais on est là au Canada où comme aux E.U. tout est possible. Si bien que Vincent Cassel qui a le plus mauvais rôle et Nathalie Baye qui joue la mère ultra maquillée, vulgaire, couverte de breloques, aux ongles peints et provocateurs, donnent le ton au film d'entrée de jeu. On ne comprend pas tout de suite qui est le père, la mère, les soeurs, belle-soeur, mais peu importe ce qui compte c'est le jeu d'incompréhension face au fils, tendre, délicat qui revient d'Europe leur annoncer une nouvelle qu'il n'ose annoncer devant cette insensibilité quasi intégrale de sa famille. Le père, Vincent Cassel, lui annonce quand même, l'air de rien, que l'ami de son fils, un très beau jeune homme, est mort d'un cancer. Comme s'il fallait lui montrer qu'il n'était pas dupe et qu'il avait compris qui était son fils. Bref, un film tellement violent, inutile.