Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
cinéma d'auteur
18 juin 2016

Ils sont partout de Yvan Attal. Génial et juste.

Ils sont partout, comédie d'Yvan Attal, france, 2016, 1h51. Avec Yvan Attal, Benoît Poolvoorde, Dany Boon, Charlotte Gainsbourg, François Damiens, Gilles Lelouche etc.

un film où j'ai beaucoup ri tellement les clichés sur les Juifs sont incroyablement bien vus. Lui d'abord, Yvan Attal chez le psy à qui il explique qu'on l'accuse de débordements et d'obsession juive. Il explique pourquoi il se sent juif. Très fine analyse. C'est un peu un numéro à la Woody Allen. Tous les scénari qui suivent sont extraordinaires de justesse et très bien interprétés.

Un par exemple : tous les Juifs sont riches. Le personnage de la femme qui ne veut plus voir son mari juif parce que c'est un looser et qui lui pose la question : est-ce que tu es vraiment juif parce que les Juifs sont tous riches sauf toi. Dany Boon campe le personnage du Juif looser. Il va chez ses parents et leur demande s'ils sont vraiment juifs. Marthe Villalonga sa mère est évidemment scandalisée, elle lui dit, on a les papiers du mariage. Le fils dit : ça ne prouve rien. etc. Le père passe son temps à gratter des bulletins ou inscrire des numéros dans des cases. Il perd toujours jusqu'au jour où il gagne et ils deviennent riches.

Une autre : deux Juifs se rencontrent dans une yeshiva (école). l'un dit à l'autre : deux ramoneurs sortent d'une cheminée, l'un est sorti noir, l'autre blanc, lequel doit se laver les mains ? Commence alors une prise de tête géniale sur les raisons qui font que l'un est blanc et l'autre noir. A hurler de rire sur le fait que les Juifs adorent couper les cheveux en quatre, mais cerise sur le gâteau : l'un dit à l'autre : As-tu déjà vu un ramoneur. réponse, non.

Une autre : un homme fait la lecture à des vieilles personnes, il anime un atelier d'expression pour ceux qui perdent la mémoire et lors d'une représentation, un vieux monsieur doit dire un texte comprenant des chiffres. Il se trompe et persiste à dire un chiffre et pour prouver qu'il a de la mémoire, enlève son pull et montre son bras tatoué des numéros : la seule mémoire est celle inscrite sur le bras. L'animateur rentre chez lui à Drancy ! Il habite en face du monument commémoratif du camp de Drancy où des cars déversent tous les jours des Juifs qui psalmodient. Il dit à sa femme qu'il en a marre de ces Juifs car il n'y a pas qu'eux qui ont souffert. Sa femme :t'as déjà souffert, toi ? Oui, lui dit-il, je suis roux et on m'a toujours traité quand j'étais petit d'avoir bronzé avec une passoire, etc. Sa femme : monte une association !. Sa femme chez le coiffeur raconte l'histoire à ses copines blondes qui lui disent, nous les blondes on nous traite de connasses. Nous aussi nous allons faire une association. Du coup, toutes les associations défilent dans les rues, il y a les roux et comble de la dérision, il y a un juif orthodoxe, paillottes et chapeau et caftan avec les cheveux rous. Il hallucine. Ensuite, il y a les blondes, les nains, les aveugles, les handicapés, etc. Tout le monde manifeste pour les souffrances qu'ils endurent.

Réunion des ministres autour du Président de la République. Le Président dit : rien ne va plus, mais ne m'en voulez pas si je vous dis que les seuls qui s'en sortent, ce sont les Juifs. Donc, pour s'en sortir, il faut être juif. Un Ministre femme : il faut faire un référendum. 98% des Français vont voter, 68% votent pour être juifs. Victoire. Délire sur la place de la Bastille.

Un autre. Le mossad à Tel Aviv veut faire disparaître ce qui fait que les Juifs sont pourchassés et persécutés dans le monde : ils ont tués le Christ. Donc, il convoque leur meilleur agent en lui demandant de remonter le temps, de saisir l'enfant qui devrait devenir Jésus et de le tuer dès qu'il le voit. Sauf qu'il remonte effectivement le temps, mais l'agent tombe amoureux de Marie, et la malédiction ne peut pas disparaître.

Et d'autres bien entendu. Mais on rit beaucoup, et je vais le revoir pour la bonne humeur qui s'y dégage. 

Publicité
Publicité
Commentaires
cinéma d'auteur
Publicité
Archives
Visiteurs
Depuis la création 8 901
Pages
Publicité