La maison au toit rouge est un drame japonais de l'Entre-deux-guerres de Yoji Yamada (2014 - 2h16).

Taki est une toute jeune fille qui part de son village natal pour se louer à une famille de Tokyo. On la voit en pleine tempête de neige quitter sa province et essayer de se défaire de son accent. Elle est émerveillée par la ville dont on voit en noir et blanc des images documentaires des années Trente. La maison au toit rouge l'accueille. La maîtresse de maison, Tokiko, est une femme embourgeoisée d'un industriel du jouet. Le couple reçoit des collègues de travail parmi lesquels un styliste, genre artiste, séduit sans le vouloir Tokiko par sa jeunesse et sa seule présence. Tous les jeunes gens sont partis à la guerre contre la Chine en 1937, et les seuls qui soient encore là, font l'objet de sollicitations. Mais les mauvaises langues veillent et la morale rigide vont peu à peu envahir son univers étroit de femme au foyer. Ruse et mensonges n'échapperont à personne, ni à sa tante, ni aux voisins de l'artiste qui reçoit Tokiko, ni à Taki qui agit contre sa maîtresse pour maintenir le couple qui lui a offert du travail et préserve la moralité de la maison. C'est donc autour de ces thèmes que l'auteur du film construit son histoire. Une histoire japonaise, mais aussi universelle.